Hello witches!😊

Chose promise, chose due! Voici mon petit article concernant le fantastique millepertuis. Je vais essayer de faire un petit tour d’horizon synthétique. Pour aller plus loin, je vous invite à consulter ma bibliographie.

Vous avez été nombreuses à me poser la question à propos de mon remède de sorcière en story 🌿 En effet, j’utilise le millepertuis en baume pour les petits coups de soleil, mais pas que! ☀

Le millepertuis dont les magnifiques fleurs jaunes ornent le sol dès le mois de juin est très utilisé chez les sorcières car c’est un célèbre antidépresseur naturel très efficace. 🤗 Vous savez, cette petite dépression hivernale que vous traversez parfois difficilement à cause du manque de lumière…? 🌧 Et bien le millepertuis peut vous aider à la traverser avec l’aide d’infusions de sommités fleuries et des jeunes feuilles de millepertuis.

Les premières utilisations de millepertuis apparaissaient au Moyen Âge. A l’époque, il était déjà indiqué comme antidépresseur naturel (c’est d’ailleurs son utilisation la plus courante à notre époque également). Le millepertuis était même appelé Fuga daemonium, « chasse diable » car on lui attribuait notamment le pouvoir d’éloigner les mauvais esprits. Passionnant n’est-ce pas?😊

Le millepertuis est une plante multi-usage. Il est fantastique pour les inflammations, les douleurs, les brûlures, pour la réparation de la peau et j’en passe. ❤

Je vous montre ici l’huile rouge de millepertuis que nous obtenons en macération dans de l’huile d’olive. 😊 En fait, elle devient rouge après plusieurs semaines de macération lorsque les principes actifs de la plante, ainsi que ses pigments sont passés dans l’huile : signe que votre remède est prêt à l’emploi 💛

Il s’agit ici d’un macérât huileux mélangé à de la cire d’abeille. Mais avant de vous partager ma recette, je tiens à vous en dire un tout petit peu plus sur les indications de cette plante incroyable…😊

– Nerfs et états dépressifs : 

Comme je l’évoquais plus haut, c’est surtout pour son action en tant qu’anti-dépresseur naturel que le millepertuis est passé à la postérité. Des études scientifiques ont montré que ce dernier agit sur différents niveaux de neurotransmetteurs présents dans le cerveau. D’ailleurs, le phytothérapeute allemand Rudolf Weiss explique que le millepertuis induit une photosensibilité. Cela veut donc dire qu’il rend son usager plus apte à capter les rayons du soleil. Comme vous le savez déjà, certains cas de dépressions sont d’ailleurs dus à un manque de mélatonine, résultant justement d’un manque de lumière… 😉

– Les problèmes de peau : 

L’huile de millepertuis est également un fantastique anti-inflammatoire utilisée en particulier pour les brûlures dues à l’exposition au soleil. Elle est également très nourrissante pour les peaux sèches.

J’ai d’ailleurs utilisé le millepertuis lorsque j’ai déclaré un zona sur le visage l’année dernière. Il m’a vraiment été très utile (ainsi que d’autres plantes en synergie qui m’ont permis de canaliser le virus et empêcher sa propagation sur mon visage, même si j’ai bénéficié d’un traitement en parallèle). Le millepertuis, comme je l’ai évoqué précédemment, agit sur les nerfs (pour plus de détails, je vous renvoie vers ma bibliographie).  Par exemple, le virus zona s’installe dans les ganglions nerveux : c’est pourquoi le millepertuis peut être très utile. Il a donc aussi une action intéressante pour les poussées d’herpès et boutons de fièvre.

Je l’utilise aussi en teinture mère mélangé à de l’arnica en cas d’ecchymoses et même en homéopathie (avec une association d’autres plantes) pour les contractures musculaires.

NB rappel : En usage externe ET interne, le millepertuis peut rendre photosensible, c’est pourquoi, il faut éviter de s’exposer au soleil pendant la durée de son utilisation. 

-Inflammations des bronches et digestives : 

Docteurs Cazin et Valnet expliquent dans leurs ouvrages respectifs (cf. bibliographie) que l’infusion des sommités fleuries peut être utile dans les catarrhes chroniques (inflammation des muqueuses bronchiques), l’asthme et certaines phtisies (tuberculose).

Dr Valnet (mon guru ^^), l’utilise pour les congestions hépatiques et les indigestions dues à un système digestif déficient. En fait, le millepertuis accélère la détoxification en augmentant l’action de certaines enzymes. En effet, il accélèrerait la détoxification hépatique en augmentant l’action de certaines enzymes utilisées pour transformer médicaments, drogues, hormones (de synthèse), etc. Tous les polluants que nous pouvons retrouver dans notre circulation sanguine.  C’est pourquoi, le millepertuis peut interagir avec certains médicaments et aller jusqu’à annuler leurs effets.

J’attire votre attention sur un point que Christophe Bernard souligne justement. En effet, on lit souvent que le millepertuis peut diminuer l’efficacité de la pilule contraceptive. Je le cite :  » (…) cette interaction reste largement théorique basée sur l’induction du métabolisme de l’estrogène et de la progestine par le millepertuis. Malgré les bruits qui courent, les cas documentés de conceptions accidentelles sont anecdotiques, et les données provenant de la littérature scientifique sont d’après Stargrove, Treasure & McKee non conclusives (…) ». Je vous renvoie vers son article très complet en bibliographie.

Maintenant, place à la popotte :

Ma recette de baume au millepertuis apaisant et réparateur : spécial coups de soleil et brûlures légères 

Etape 1 : le macérât

Remplissez un bocal préalablement stérilisé de fleurs de millepertuis (pas totalement sèches si possible). Si vous voulez expérimenter, les fleurs de millepertuis poussent très facilement dans le jardin. Elles ont juste besoin de soleil (forcément).😊

Recouvrez les fleurs d’huile d’olive  (ou autre huile végétale de votre choix). Fermez le bocal et laissez macérer 3 ou 4 semaines, en remuant chaque jour (laissez devenir bien rouge). Déposez le bocal dans un lieu pas trop exposé au soleil. Filtrez dans un tissu mousseline (le filtre à café ne fonctionne pas! Testé et non approuvé : cata assurée ^^). Pressez bien la mousseline afin de récupérer le maximum de l’huile macérée.

Etape 2 : La cire d’abeille

Dans un bol en céramique, faites fondre la cire d’abeille au bain marie avec le macérât de millepertuis tout en remuant. Lorsque la cire a fondu et s’est mélangée à l’huile, retirez le bol du bain marie. Toujours en remuant, laissez refroidir. 

Dans une petite boîte en verre préalablement stérilisée vous pouvez mélanger environ 30 ml de macérât de millepertuis avec 1 cuillerée de cire d’abeille. Il est également possible d’y ajouter quelques gouttes d’huiles essentielle de votre choix (lavande aspic, tea tree ou géranium rosat). Personnellement, je n’en ai pas ajouté au baume. Si vous ajoutez des HE, faites bien attention au dosage : ne jamais utiliser les plantes sans précautions…

Si vous vous y prenez dès maintenant, votre macérât sera prêt pour l’été! Attention tout de même à l’exposition au soleil…😊

Et si jamais vous n’avez pas le temps de préparer le macérât :

Vous pouvez directement acheter un macérât huileux de millepertuis tout prêt en mode Slow cosmétique : ICI

Et la cire d’abeille : ICI

Et voilà! Je n’ai plus qu’à vous souhaiter une bonne cuisine! 

J’ajoute, pour terminer, que l’ingestion d’une plante n’est pas anodine : aromathérapie, phytothérapie, Fleurs de Bach, et j’en passe : je vous conseille vivement de vous rapprocher de professionnels en cas de besoin. L’automédication naturelle peut, en cas de surdose, entraîner de graves problèmes de santé à court et à long terme.

Merci pour votre attention et vos précautions. N’hésitez pas à partager vos recettes ou vos utilisations du millepertuis en commentaire. 😊

Avec amour,

Alexandra 

 

Sources images et texte : 

https://www.pinterest.fr/pin/107664247322046392/ et pixabay

Cazin, F.J., Traité Pratique et Raisonné des Plantes Médicinales Indigènes, 1850.

(Il se trouve sur Gallica, cliquez sur le titre).

Valnet, J., La phytothérapie : Se soigner par les plantes, 1986.

(Il a été réédité récemment, disponible sur Amazon, cliquez sur le titre).

Volker, F.,  Weiss, R.F, Boghossian, M., Manuel pratique de Phytothérapie, 2004

(Il est épuisé mais trouvable sur Amazon, cliquez sur le titre).

https://www.plantes-et-sante.fr/encyclopedie/le-millepertuis-l-antidepresseur-naturel-a-portee-de-main

https://www.altheaprovence.com/blog/millepertuis-hypericum-perforatum/

 

 

 

 

 

Please follow and like us:

1 commentaire

Le millepertuis, chasseur de démons. – Dahud · 7 août 2018 à 16 h 34 min

[…] toutefois car il ne doit pas être associé à certains médicaments. L’article de Beautés sacrées est très instructif sur ses propriétés et ses […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *